Les plastiques font partie intégrante de notre société depuis plus de 60 ans. De matériel révolutionnaire avec lequel on peut faire à peu près tout, ils sont désormais plutôt l'équivalent de l’oncle d’Amérique racontant à la fin d’un repas festif toujours les mêmes blagues. A l’époque c'était drôle et tu l'aimes toujours autant, mais…
En tous les cas, à ce jour les plastiques ne peuvent être ignorés dans notre société. Et pourquoi le devrait-il?

Les plastiques sont bon marché et simples à produire. Ils sont légers et donc faciles à transporter. Ils sont également extrêmement solides et flexibles et vous les retrouvez donc vraiment partout.
Malheureusement même le long de la route ou dans nos océans. Et là, leur force devient un désavantage, car une fois qu’ils y sont, ils y restent. Même beaucoup plus longtemps que les plus de soixante ans qu'ils existent.

Et voilà, le problème des plastiques en un mot: ils sont si durables (lire: ils durent longtemps) qu'ils ne sont pas très durables (lire: ils ont un impact négatif sur l'environnement.)

(photo: intérieur entièrement en plastique, Sormani Italia)

Et alors que faire maintenant?

La montagne de plastique ne cesse de s’accroître et dans de nombreux pays, le taux de recyclage est encore bien trop faible. Il est donc plus que temps de prendre des mesures, et l’une d’entre elles est l’interdiction des plastiques à usage unique que la Commission européenne a adopté.

Tout un ensemble de mesures doit garantir que la quantité de plastique dans notre nature diminue significativement. Cela nécessite naturellement une sensibilisation ainsi que des produits innovants meilleurs. En plus un grand nombre d'articles sont également simplement interdits, principalement les plastiques à usage unique. A partir de l’été 2021 vous verrez de moins en moins d’ objets dont vous ne vous servez qu'une seule fois, tels que les couverts, les assiettes, les pailles, les bâtonnets mélangeurs, les cotons-tiges et les emballages alimentaires en polystyrène.

Et notre secteur est également supposé à trouver des alternatives. Heureusement, nous n'avons pas attendu l'annonce de la Commission. Compass dispose déjà d’un guide SUP (Single Use Plastics=Plastiques à usage unique) qui explique les choses à faire et à ne pas faire. Nous avons également déjà un catalogue complet de produits de remplacement. Nous pouvons l’appliquer rapidement, car Compass avait déjà décidé antérieurement de se débarrasser des plastiques à usage unique à partir du 1er avril. Dés cette date nous liquiderons nos stocks (réduits) et d'ici juillet 2021 nous n’utiliserons plus du tout de plastiques à usage unique.

Mais ma cuillère est belle et bien composable, non?

Eh non, pas du tout, même pas lorsqu’il s’agit de cuillères fabriquées en bioplastiques.
Les bioplastiques sont des plastiques d’origine biologique (par ex. le maïs). Alors qu'ils soient souvent vendus comme biodégradables ou compostables, ils ne le sont pas dans les usines de transformation belges (ni dans la plupart de ces usines européennes). Ils se décomposent à peine plus vite que les plastiques conventionnels et en pratique ils sont simplement filtrés et incinérés avec les déchets résiduels. Ce n’est donc pas vraiment une solution. Il est donc logique que les produits bioplastiques relèvent également de l'interdiction européenne.

Faut-il se tourner vers le carton?

De nos jours les gobelets  et bols à salades en carton sont omniprésents. Ce que beaucoup de personnes ignorent  est que ces produits en carton contiennent également une fine couche de plastique pour retenir l'humidité et la graisse. Cela rend le recyclage de ces matériaux très difficile.

Et que’en est-il d’un bol fabriqué à base de canne à sucre et des couverts en bois? C'est bien entendu une option, mais malheureusement ces produits ne peuvent pas non plus être recyclés. Cela signifie que la cuillère en bois a parcouru un long chemin pour n’être utilisée que pendant 3 secondes et pour finir dans la poubelle et éventuellement être brûlée.

Fini de jeter!

En fait, les plastiques jetables ne sont qu'une partie du problème, notre pensée jetable étant l'autre partie.

Si nous continuons à utiliser ces types de plastiques, il y aura toujours un impact majeur sur l'environnement, quel que soit le type exact de matériau utilisé..

Ces fois ils sont vraiment indispensables et la solution réside alors dans le recyclage et la «fermeture» du flux de déchets.

Mais souvent, ils ne sont pas indispensables, mais tout simplement très pratiques.

Si vous lisez entre les lignes de l'interdiction des plastiques à usage unique, vous verrez l’effort déployé pour les matériaux réutilisables. Après tout, plus souvent un matériau est réutilisé, plus l'impact environnemental n’est faible. Et cela est certainement vrai pour les emballages réutilisables pour aliments et boissons dont nous nous servons actuellement.

Dans tous les cas, cela vaut la peine pour chacun de nous de réfléchir où nous pouvons passer dés aujourd’hui à l’usage d’emballages, couverts, etc.  réutilisables. De cette manière nous devenons aujourd’hui déjà  en partie le consommateur du futur.

par Seppe Eloot
Compass Group Belgium Sustainability Manager

Que pouvez-vous faire aujourd’hui ?

Pour aider nos clients et nos employés opérationnels, Compass Group a développé une gamme de matériaux pour sensibiliser et stimuler de meilleurs choix.
Les affiches ci-dessus ne sont qu’un élément. Nous avons également créé un guide complet sur les plastiques à usage unique qui montre les jetables que nous devrions éviter et aussi les meilleures alternatives.
Pour aider à faire ce changement, nous avons également développé un catalogue interne avec une gamme complète d’alternatives acceptables et nous avons établi un partenariat avec des fournisseurs tels que Mepal pour fournir un ensemble de tasses réutilisables, bouteilles et conteneurs.

Vous voulez en savoir plus? Contactez votre Compass Operational ou Account Manager dès aujourd’hui et ils seront plus qu’heureux de vous montrer ce qui est possible.